Agriculteur : Son rôle; son salaire; formation et comment démarrer !

Toujours au contact de la nature et du vivant, l’agriculteur ou exploitant agricole vit son métier avec passion. En véritable chef d’entreprise, il organise son travail en totale autonomie. Possédant une solide formation technique, il s’aide de plus en plus d’outils informatiques.

Il se doit également d’être un fin gestionnaire car comptabilité et administratif appartiennent à son quotidien. Il peut produire des céréales, des légumes, des fruits, de la viande ou du lait…

Quel est le rôle d’un agriculteur ?

Initialement appelé paysan ou fermier, il est dorénavant connu sous l’appellation d’agriculteur ou explotant agricole. Originellement, le rôle premier d’un agriculteur est de nourrir les populations. Prenant diverses formes, son métier consiste à :

  • S’occuper d’un élevage
  • Cultiver des céréales, des légumes ou des fruits…
  • Prendre soin et développer des vignes (il est alors viticulteur)

Il doit déployer un certain savoir-faire technique pour :

Il est également mécanicien et doit entretenir et effectuer les réparations courantes de ses engins et de son matériel.

Il doit de plus développer certaines compétences commerciales afin de :

  • Choisir judicieusement ses cultures selon les besoins et les tendances du marché et des consommateurs

Désormais, il doit gérer son exploitation de la même façon qu’un chef d’entreprise. Il suit sa production et ses ventes grâce aux outils informatiques.

Quelle que soit sa spécialité, l’agriculteur doit accomplir un travail intense et laborieux tout en se remettant constamment en question. Faut-il se mettre à l’agriculture Biologique ? Aux plantes aromatiques ou médicinales ? Faut-il tenter le soja ? Ou au contraire tout miser sur les céréales (blé, quinoa…) ?

Certains agriculteurs, comme Éric, décident donc de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. Ils choisissent ainsi de diversifier leurs activités afin de s’assurer un revenu décent. Ils proposent alors notamment du tourisme rural ou vert : nuitées en gîte, séjours à la ferme, chambres d’hôtes, accueil pédagogique de groupes et de scolaires, randonnées à cheval, stages d’artisanat…

Toutes ces activités rencontrent un franc succès auprès des vacanciers et permettent aux agriculteurs de leur garantir un revenu complémentaire.

Quel est le salaire moyen d’un agriculteur ?

Un agriculteur ou exploitant agricole qui commence dans le métier gagne aux alentours de 1400 – 1600 euros mensuels. Ce salaire fluctue en fonction du type et de la taille de l’exploitation. Cette rémunération varie aussi selon la filière de l’agriculteur.

Les vignerons sont ainsi les mieux lotis grâce à un revenu mensuel moyen de 2790 €. Quant aux producteurs de céréales, ils reçoivent un salaire moyen de 980 €. Tandis que le salaire moyen des éleveurs bovins se situe en moyenne autour de 1100 € par mois.

Certes, ce ne sont pas des salaires mirobolants (surtout en rapport au travail fourni) mais il sont garantis et assurés. Ils offrent plus de sécurité que des gains aux machines à sous dans les casinos.

Quelle formation pour devenir agriculteur ?

Même si les agriculteurs ou exploitants agricoles se recrutent généralement parmi les enfants d’agriculteurs, c’est un métier qui requiert une formation. Mais vous pouvez toujours devenir agriculteur, avec ou sans diplôme.

Impossible de s’improviser agriculteur, il vous faut acquérir de solides compétences scientifiques et physiques. Ultra-motivé, vous parviendrez à suivre un cursus valable, en formation initiale ou à l’occasion d’une reconversion professionnelle. 

Formation ou reconversion

Que ce soit en formation initiale ou lors d’une reconversion, il vous faudra rester motivé
Avant de vous lancer, faites des stages dans une ferme auprès de divers agriculteurs ou exploitants agricoles. Essayer différents domaines : élevage, viticulture, maraîchage… Vous découvrirez ainsi si la réalité de ce monde professionnel vous convient. Vous connaîtrez plus précisément ce que vous aimez ou ce qui vous déplaît dans ce métier.

Question formation initiale, de nombreuses possibilités s’offrent à vous : 

  • Brevet d’Aptitude Professionnelle Agricole (BEPA) en lycée agricole
  • Formation d’ingénieur agronome
  • Le Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA)

Vous pourrez personnaliser votre cursus en fonction de ce dont vous êtes capable et de ce que vous souhaitez. Ces formations peuvent également être suivies en alternance. Ce qui permet d’apprendre en pratiquant et en expérimentant. 

Si vous êtres travailleur en reconversion, avec peu ou pas d’expérience professionnelle en agriculture, grâce à la formation continue, vous allez acquérir les bases du métier en parallèle de votre travail ou de votre recherche d’emploi. 

Les formations et les diplômes

Après la troisième :

  • 2 ans pour préparer un CAP agricole, possiblement complété par le BP responsable d’entreprise agricole (2 ans)
  • 3 ans pour le bac PRO Conduite et Gestion de l’entreprise agricole (requis pour bénéficier des aides à l’installation)

Après le bac : 
2 ans pour obtenir un BTSA (analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole ; productions animales ; agronomie : productions végétales)

Bac ou équivalent : 

  • Bac pro Conduite et gestion de l’entreprise agricole
  • Bac pro Conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole
  • BP Responsable d’entreprise agricole

Bac + 1 : 
CS Conduite de productions en agriculture biologique et commercialisation

Bac + 2 : 

  • BTSA Agronomie : productions végétales
  • BTSA Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole
  • BTSA Productions animales

Afin d’être agriculteur, il faudra atteindre un niveau de formation en agriculture assez élevé. Ainsi, posséder au minimum le BTA ou un BAC Pro sera nécessaire pour obtenir les aides utiles à l’installation.

Le Bac Pro Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole est reconnu comme le diplôme de référence. Malgré tout, le BTSA (Bac +2) analyse et conduite de systèmes d’exploitation est de plus en plus recommandé.

À noter : tout au long de l’année précédant l’installation, il faut avoir fait un stage de préparation à l’installation (de 40 h), complété par un second stage d’application (de 6 mois).

Pour l’Agriculture Biologique, il faut suivre un CSA (certificat de spécialisation) ou un module agrobiologique spécialisé. Vous pouvez également suivre des études plus poussées telles qu’une école d’ingénieurs, d’agronomie ou d’agriculture (ENSA, ENITA, ESA, ISA, ESITPA…).

Un agriculteur pourra se former tout au long de sa vie. En effet, les centres de formation agricoles pour adultes, les chambres départementales de l’agriculture et les associations d’agriculture proposent des formations courtes.

Ces formations traitent de la façon d’optimiser les produits de fourrage, la transformation des produits issus de la ferme et leur commercialisation en direct, la gestion administrative de l’exploitation agricole…

Comment se lancer en tant qu’agriculteur ?

La première étape est de trouver une terre car sans terre, ni culture, ni élevage. L’agricuteur qui débute doit ainsi chercher en priorité une exploitation agricole s’il ne possède pas de terre. 

Ensuite, il faut s’acquitter de la partie administrative qui se passe en 3 étapes : 

  • Obtenir l’autorisation d’exploiter (si vous êtes sans expérience ou un agriculteur avec plusieurs activités)
  • Se déclarer au Centre des Formalités des Entreprises (CFE)
  • S’affilier à la Mutuelle Sociale Agricole (MSA)

Promouvoir et fédérer :

L’agriculteur débutant doit rapidement se faire connaître et reconnaître auprès de ses pairs et de ses clients. L’agriculteur, en tant que chef d’entreprise devra promouvoir son exploitation et fidéliser ses clients. Grâce à cela, il pourra vendre plus facilement ses produits au plus grand nombre et de façon régulière.