Interview d’Éric , agriculteur depuis seulement 5 ans !

L’agriculture est un secteur capital pour le développement d’une nation. Elle permet d’accroître les revenus du pays et lui ouvre les portes sur d’innombrables autres possibilités. D’ailleurs, partout dans le monde il existe un grand nombre d’agriculteurs.

Ces derniers s’efforcent à donner la priorité à leurs activités tout en donnant le meilleur d’eux-mêmes. C’est par exemple le cas d’Éric, un passionné d’agriculture et d’environnement. Découvrez ici tout ce que vous devez savoir sur cet homme à la main verte.

Eric Lounez, un jeune agriculteur talentueux

Installé dans la province d’Alsace depuis bientôt une dizaine d’années, Eric est un jeune agriculteur diplômé d’État. Originaire de la France, ce jeune homme de 28 ans a un intérêt particulier pour l’agriculture et l’environnement. Il s’est spécialisé dans la culture hors-sol depuis son adolescence. Avec ses deux oncles, ils travaillent dans la ferme familiale dont il est actionnaire majoritaire. Eric a acquis des hectares de terres sur lesquelles il cultive et prend soin de ses plants. Le respect de la faune et de la flore est au centre de ses actions. Voici quelques extraits de réponses qu’il a fournis lors de son interview.

Pour quelles raisons avez-vous choisi de travailler dans le secteur agricole ?

Depuis tout petit j’adore travailler la terre. J’éprouve une certaine connexion avec tout ce qui a trait à la nature. La belle preuve, je possédais un potager depuis mon plus jeune âge. J’y passais des heures à planter des légumes de tout genre.

De plus, l’humanité a aujourd’hui plus que jamais besoin de se bâtir une réserve assez conséquente en nourriture. Depuis plusieurs décennies, dans la presse et les médias, les spécialistes font part des effets déplorables qu’ont les actions humaines sur notre planète.

Si tout le monde y mettait du sien pour une planète plus verte, le monde s’en porterait vraiment mieux. La terre nous donne ce qu’elle a de meilleur. Sans elle, l’écosystème et notre environnement se trouveraient menacés, voire détruits.

Que cultivez-vous dans votre champ ?

Je cultive principalement des céréales, je possède des cultures de blé et d’orge. Avec mes cinq ans d’expérience en culture hors-sol, j’ai réussi à obtenir une belle récolte de choux chinois. J’ai acquis récemment quelques propriétés sur lesquelles j’ai plusieurs plants de colza d’hiver et de tournesol.

Utilisez-vous des pesticides ?

Oui, je pratique une agriculture conventionnelle qui requiert l’utilisation des pesticides. Toutefois, je limite le plus possible l’usage des produits chimiques. En général, j’évite le traitement systématique. J’espace au maximum le traitement, que ce soit l’usage de pesticides, d’insecticides ou encore d’herbicides. Je pulvérise mes plants uniquement coup par coup.

Pour des raisons économiques et écologiques, je fais recours aux produits chimiques seulement quand c’est nécessaire. Certains plants ayant besoin de protection plus que d’autres, je me réfère à l’apparition de microorganisme pour chaque traitement. Aussi, je n’utilise que les pesticides ou antigramminés reconnus sur le territoire Français.

En revanche, régulièrement, je demande l’aide de plusieurs agriculteurs plus expérimentés que moi. Ces derniers m’apportent quand ils le peuvent leur aide, leurs conseils ainsi que leurs avis.

À votre avis, l’utilisation des pesticides et autres produits chimiques est-elle vraiment indispensable ?

Il est vrai que depuis quelques années, la culture du bio est recommandée et très appréciée. Toutefois, l’utilisation des pesticides permet d’accroître la productivité. Les produits permettent aussi aux plantes de lutter contre les insectes qui les empoisonnent et freinent leur développement.

En cas d’épidémie d’insectes par exemple, les insecticides permettent de sauver les cultures. La responsabilité revient à l’agriculteur de bien utiliser les produits dont ils disposent. À certains moments, les pesticides sont indispensables, mais leur utilisation doit être limitée au maximum.

Chaque agriculteur a le devoir de fournir à la population des vivres sains et de qualité. Il faut donc réfléchir et analyser tous les paramètres qui entrent en jeu quant à l’usage de pesticides.

Que pensez-vous de la culture bio ?

Le secteur agricole se diversifie et chaque jour de nouvelles avancées sont enregistrées. La culture biologique fait partie de celles-ci. Avec les inconvénients de l’usage des produits chimiques, il a fallu préserver la santé des consommateurs.

De ce fait, ce type d’agriculture se présente comme étant 100 % naturelle. Idéale pour le sol et les cultures, elle permet d’obtenir des aliments de meilleure qualité. Sur le plan nutritionnel, la culture bio permet de prévenir certaines maladies tout en augmentant l’espérance de vie de la population. C’est l’un des moyens les plus sûrs pour sauver aussi bien la planète que ses habitants.

Avec le personnel de ma ferme familiale, nous avons testé l’agriculture bio sur les légumes tels que les aubergines et les choux de Bruxelles. Nos produits finis sont reconnus bio et 100 % naturels. Nous utilisons des engrais d’origine animale pour accroître au maximum nos plants. Notre méthode d’ensemencement est reconnue et utilisée par plusieurs experts du domaine.

Avez-vous des passe-temps ?

Habituellement, mon travail prend près de 60 % de mon temps. Néanmoins, en fin de semaines et pendant mes heures de pause, je navigue sur internet. J’aime particulièrement jouer à des jeux en ligne, mon préféré reste league of légende. J’y joue très souvent. Les jeux de casinos en ligne figurent aussi parmi mes passe-temps favoris. Étant très prudent de nature, j’opte uniquement pour des casinos qui offrent des bonus intéressants sans dépôt. Aussi, je vérifie les licences de jeux, les jeux proposés, les moyens de paiement et plusieurs autres facteurs avant de m’inscrire sur ces sites de jeux en ligne. Ceci me permet de vivre chaque fois une expérience unique et divertissante.